Menu Fermer

Transition-One : Comment changer de véhicule sans en changer?

En plein premier confinement, une loi passée (presque) inaperçue ouvrant un nouveau champ des possibles dans le domaine de l’automobile et du développement durable. Ainsi depuis le 4 avril 2020, il est donc possible de faire du Rétrofit.

Le principe du Rétrofit

On l’appelle  parfois « réaménagement » ou « rénovation d’équipement » et dans l’industrie automobile cela constitue à transformer un véhicule thermique (essence ou diesel) en véhicule électrique tellement à la mode ces dernières années.

Cette « rénovation » déjà autorisée dans de nombreux pays est désormais légale en France et des acteurs proposent des solutions intéressantes. C’est le cas de l’entreprise française Transition One.

La démarche Transition One

L’idée « véhiculée » par son fondateur Aymeric Libeau est simple : « prenons les voitures qui existent et transformons les en véhicules électriques ».

Partant du principe que la moitié des français utilisent au quotidien leur véhicule pour moins de 30km, l’intérêt de poser un moteur électrique d’une autonomie d’une centaine de kilomètres sur un véhicule déjà existant présente donc des avantages indéniables :

  • On ne vous fait pas acheter un autre véhicule on transforme en électrique celui que vous connaissez déjà. On ne jette pas la carrosserie (impact écologique).
  • On ne vous demande pas de renier votre véhicule familial thermique, on vous propose de changer le second, plus petit, mais couteux en carburant, maintenance et entretien (impact économique).

Regarder dans votre garage, vos contres allées, par la fenêtre de chez vous vous le voyez ce second véhicule qui vous coûte 7 à 9 euros au 100km juste en essence ? Si on lui donner une seconde vie à 2 ou 3 euros au 100km ?

La transformation Transition One

Sur une liste définie de véhicules, généralement des citadines, mais on trouve également des véhicules utilitaires légers, l’intervention s’effectue en 4 heures.

Le prix de la mutation commence à 5000 euros mais s’accompagne des démarches et certificats nécessaires à la mise en circulation de votre « nouveau » véhicule, d’une garantie de la transformation de 2 ans (kilométrage illimité) et d’une garantie de 5 ans sur les batteries (kilométrage illimité).

Enfin, à l’heure où l’électronique est omniprésent, la « migration » offre une nouvelle expérience utilisateur avec une interface nouvelle incluse sur votre tableau de bord.

A venir, une connexion via votre smartphone aux éléments de votre véhicule. Une manière peut-être de diminuer les inquiétudes patentes de ces  « loupiottes » allumées sur votre tableau de bord qui vous oblige à consulter le manuel placé dans votre boite à gants et vous indiquant sobrement : « pour en savoir plus, rendez-vous immédiatement chez votre concessionnaire »

Conclusion

Ceux qui me suivent savent que je ne suis pas un fan inconditionnel du tout-électrique (https://quellebelleid.com/une-voiture-electrique-a-la-campagne/) mais cette solution me plait parce qu’elle ne balaye pas d’un revers de la main l’existant elle s’adapte, elle offre une alternative intéressante, une sorte de « Back Market » de l’automobile avec un zest de batterie. En s’ouvrant au VUL (Véhicule utilitaires légers) j’imagine aisément les perspectives pour ces livreurs locaux. Une belle idée à suivre, à n’en pas douter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *