Menu Fermer

Magic Makers : Coder en informatique, un jeu d’enfants

Aujourd’hui beaucoup de parents visitant un collège s’intéressent plus à savoir quels sont les moyens mis en œuvre par l’établissement en ce qui concerne l’informatique que de savoir s’il y a possibilité en 5ème de mixer les LV1 (Langue vivantes 1) Anglais avec ceux faisant Allemand…

L’informatique est décidément partout et à la base de nos smartphones, tablettes et autres internet, il y a souvent… des codes.

Qu’ils s’appellent Java, Python, .net, Delphi et bien d’autres il n’existe en France que très peu d’établissements proposant d’appréhender les fondamentaux nécessaires à l’apprentissage de tout codage quand on est très jeunes.

C’est donc sur un créneau quasi vierge que va se placer « Magic Makers ». En proposant des ateliers de codage pour les enfants et les adolescents, plus qu’une activité périscolaire ou un centre aéré digital, il s’agit bien ici au travers d’activités ludiques d’apprendre aux enfants à programmer.

Ainsi l’entreprise offre 3 types de prestations in situ à Paris et Bordeaux (pour l’instant) :

  • Des ateliers découvertes sur une thématique
  • Des stages pendant les vacances scolaires
  • Des ateliers hebdomadaires tout au long de l’année comme le ferait vos enfants dans des activités sportives ou culturelles.

Notez également, que Magic Makers propose également des formations à  l’apprentissage du code destinées aux éducateurs, par exemple via le projet Class’Code avec Inria et Openclassrooms.

Bien sûr, vous allez me dire n’y a-t-il pas des choses plus fondamentales, plus prioritaires pour nos enfants que cela ? Évidemment, mais une fracture numérique faisant partie intégrante de la fracture plus globale de notre éducation est en train de s’ouvrir.

Bien sûr, on peut considérer cet apprentissage comme optionnel voire éphémère comme dans un article publié  il y a quelques années, de Jason Tanz « Bientôt nous ne programmerons plus les ordinateurs, nous les dresserons comme des chiens »[1]. Une manière de dire que le code sera bientôt caduque car le machine learning, deep learning  c’est-à-dire ce qui désigne la capacité des machines à apprendre par elles mêmes à force d’être abreuver de données nous fera communiquer avec autrement…

Ainsi pour définir ce qu’est un chat à une intelligence artificielle, on ne lui dira pas via un code : « cherche des moustaches, des oreilles pointues, une fourrure… »mais on lui montrera des milliers de photos de chats pour qu’il puisse faire la différence avec d’autres animaux ayant de nombreuses caractéristiques similaires.

Pour ma part, néanmoins, je souscris totalement aux propos de Cédric Villani (Médaille Fields 2010) parlant de l’apprentissage à l’école du codage : « … ce n’est pas la familiarité avec la machine, mais l’habitude de la démarche, de la réflexion, de la pensée informatique… le meilleur âge pour apprendre cela, c’est quand on est jeune et que la programmation est un jeu… »

Je suis de ceux qui pensent qu’un tel apprentissage valorise davantage le raisonnement, l’autonomie, la collaboration et la créativité des enfants.

Magic Makers a donc, selon moi, toute sa place dans ce mouvement du « bien faire en faisant le bien ».

Liens utiles :

https://www.magicmakers.fr/

https://pixees.fr/classcode-v2/


[1] Soon, we won’t program computers. We’ll train them

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *