Menu Fermer

Limatech : Laissons la batterie prendre son envol.

En plein confinement et volonté de se relocaliser, l’avion apparait comme un mal absolu un objet presque tabou…je ne rentrerai pas dans cette polémique (en plus j’ai peur en avion) mais n’oublions jamais que souvent, nos consommations actuelles (y compris numériques[1]) ont un impact carbone non négligeable. C’est dans ce contexte que l’innovation de l’entreprise Limatech, peut être un futur leader de la solution d’allègement des batteries, constitue indéniablement une intéressante démarche.

Genèse d’un envol en devenir

 Née du côté de Grenoble, de la passion pour l’aéronautique de Marc Béranger, l’entreprise et ses trois fondateurs, ont développé une solution de sécurisation des batteries pour avions, hélicoptères et drones.

Mais avant d’arrivée à intéresser des grands noms de l’aéronautique, il fallait arriver à entrer dans ce cercle très fermé (et très masculin). Pour ce faire, l’entreprise a d’abord développé des solutions stroboscopiques à LED pour petits aéronefs (solutions ne nécessitant pas une certification couteuse et longue en aéronautique). Proposant d’abord des lumières basses consommations mais visibles à très longues distances, l’entreprise a pu ensuite financer, développer et proposer une solution unique ouvrant la voie à l’utilisation de batteries lithium-ion en aéronautique.

L’aéronautique une industrie qui n’est pas en avance sur tout.

On dit souvent que l’avion est plus sûr que toute autre solution de mobilité et si j’en juge par le nombre de décès par passager, c’est indéniable. L’imaginaire collectif (y compris le mien) pense également que les solutions embarquées dans les airs sont souvent celles qui sont les plus en avance en terme de technologies et bien… ce n’est pas tout à fait le cas.

En effet, si tous nos smartphones, nos objets connectés, nos véhicules sont équipés aujourd’hui de batteries lithium-ion, et je ne vais pas refaire ici le procès du lithium (https://quellebelleid.com/1-une-voiture-electrique-a-la-campagne), il faut savoir que dans nos Airbus, Boeing et autres constructeurs, on utilise les batteries au Nickel Cadmium, beaucoup plus polluantes et parfaitement interdites ailleurs.

Pourquoi une telle exception réservée à l’aéronautique ? tout simplement parce qu’elles sont plus sûres, supportant mieux les fortes contraintes de température, de pression, que nos batteries du quotidien.

La solution Limatech.

C’est là que Limatech est révolutionnaire,sa solution de sécurisation permet aux batteries Lithium-ion de remplacer le Nickel, le plomb, plus lourd, plus polluant et avec une durée de vie moindre (jusqu’à 10 ans contre 2 à 5 ans).

Avec son brevet codétenu avec le CEA LETI (institut de recherche technologique de Grenoble spécialisé dans les micros et nanos technologies) la start-up de Toulouse propose ainsi un système d’optimisation via une carte électronique de pilotage de module qui évite l’emballement thermique probable de la batterie lithium-ion notamment en cas de décharge forte ou de court circuit.

En supprimant le risque d’incendie, cette ingénieux système permet donc potentiellement à des batteries plus durables, plus légère de rentrer dans les carlingues. On estime par exemple que dans un A320, le poids gagné par une telle innovation permettrait un allègement d’environ 90kg.

3 questions à :

J’ai eu la chance de poser trois questions à Enzo Ribeiro, Responsable Communication et Business Developper chez Limatech, qui m’a gentiment consacré de son temps pour parler de cette solution:

1/ Envisagez vous de proposer de telles solutions à d’autres marchés que celui de l’aéronautique comme l’automobile ?

Oui et non, Il y a déjà tellement à faire sur un domaine aussi drastique que l’aéronautique. C’est un milieu où nous avons appris à gérer la Supply Chain, où notre solution peut avoir un véritable impact énergétique et écologique. La plus value est d’autant plus visible que les contraintes physiques sur les batteries dans l’aviation sont sans communes mesure avec d’autres domaines. Bien sûr, Il existe d’autres domaines à fortes contraintes comme le nucléaire, la compétition auto et moto… sur lesquelles nos solutions présentent un avantage indéniable. Nous restons donc ouverts mais focalisés sur notre passion de l’aéronautique. Nous nous sommes développés en offrant des solutions pour des aéronefs hors certifications, nous souhaitons maintenant passer à la vitesse supérieure, Produire à plus grande échelle sur ce marché à hauts potentiels.

2/ C’est donc pour cela que vous êtes en train de lever des fonds pour ouvrir un centre de production à Toulouse ?

Oui, Nous avons déjà de nombreux investisseurs, acteurs de l’aéronautique, la BPI bien sûr, mais également des particuliers, souvent via le Crowdfunding qui veulent investir dans notre aventure. Tous ceux qui veulent investir peuvent le faire ici :

https://secure.finple.com/project/36a145e2-0a11-49d4-bf89-67db82e19bd0/LIMATECH

3/ La question d’Iwan (11 ans) : Est-ce possible de voir votre solution avec d’autres types de batteries encore moins polluantes comme les batteries sodium-ion par exemple ?

Oui, notre technologie est adaptable à diverses solutions de batteries puisqu’il s’agit de leur sécurisation, de fiabilisation. Il nous semble prioritaire de devenir un acteur incontournable de l’insertion des batteries lithium-ion dans l’aéronautique pour gagner en crédibilité mais nous ne dépendons pas des constructeurs de batteries, nous offrons avant tout une solution de fiabilisation en milieu hostile.

Limatech a reçu le prix de l’innovation en aéronautique d’Airbus, une distinction honorifique qui démontre qu’il existe bel et bien un potentiel chez cette petite entreprise dirigée par Florence Robin.Gageons que sa (pour l’instant) petite équipe fera bouger les lignes de l’aviation à leur manière en bien faisant pour faire le bien.

Pour aller plus loin :

https://batteries.limatech.group/

https://www.lesechos.fr/pme-regions/innovateurs/limatech-securise-les-batteries-au-lithium-pour-les-avions-1191287

https://www.ladepeche.fr/2019/09/03/limatech-lance-la-production-de-sa-batterie-revolutionnaire,8390538.php


Notes

[1] Voir le dossier l’économie et la société à l’ère du numérique INSEE page 134.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4238635

1 Comment

  1. Ping :Une voiture électrique à la campagne? – quellebelleID

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *